De la critique de la mondialisation à travers le prisme du tourisme et de l’écologie

Je proclame ici ma haine, provocatrice et iconoclaste, du bougisme, des « échanges » et du pire de leurs enfants monstrueux : le tourisme.

Il y a tout d’abord l’aspect écologique, tout à fait évident : « faire » Cuba, la Thaïlande, le Maroc, l’Afrique du Sud et l’Argentine, en avion, bonjour l’empreinte écologique. Et les bobos de nous reprocher de faire et d’élever des enfants ! En outre, le tourisme requiert la construction d’infrastructures lourdes, coûteuses et fort laides : routes, ponts, aménagements de plages, hôtels et autres.

Il y a l’aspect économique ensuite. Il est difficile de me traiter de pingre mais je trouve que dépenser son argent dans plus d’un voyage hors de son continent dans sa vie est une folie et un gâchis. À titre personnel, en dehors d’une poignée de pays européens que je compte parcourir en train, en voiture ou en bus, il n’y a guère que le Japon ou l’Iran que je compte visiter. Et cela même si d’autres pays (Inde, Egypte.. ) pourraient a priori m’attirer. Je n’irai pas. Je mourrai peut-être avec des regrets mais c’est ainsi.

Il y a ensuite l’aspect touristique et identitaire. Nous attaquons là le cœur du problème. Je suis épuisé de voir des hordes de Russes, Japonais, Chinois, Qataris quand je visite Paris, capitale de mon propre pays. Et ce sans avoir quoique ce soit contre ces peuples, bien au contraire. Je hais le tourisme, le mitraillage photographique, le piétinement sur les trottoirs, devant les statues et dans les musées. Je n’arrive plus à me satisfaire de l’aspect économique de cette muséification. Notre pays subit une lente thanatomorphose que l’Etat, via la culture, les châteaux, les musées, ralentit pour tirer de cette thanatopraxie de précieux écus.

En outre, ce tourisme ne nourrit qu’une poignée de commerçants, vendeurs de souvenirs et restaurateurs, ainsi que les travailleurs immigrés vendeurs de Tours Eiffel en porte clefs ou de bouteilles d’eau aux abords des sites touristiques. Dès lors, le tourisme doit être considéré comme ce qu’il est : une rente tant pour l’Etat que pour un petit nombre de groupes capitalistes parasites dont le nombre décroîtrait de façon considérable si l’activité touristique diminuait. Songeons seulement aux divers fast-foods, à Apple et autres géants de la téléphonie mobile.

L’idée est moins ici la désindustrialisation que le ralentissement en vue de l’équilibre de l’économie, des paysages, des écosystèmes. Pour citer un exemple concret, j’étais il y a deux jours à Paris, et j’ai du renoncer à visiter Notre Dame de Paris, devant les files d’attente interminables sous un soleil de plomb.

Je confesse une certaine nostalgie du temps où les voyages se limitaient à l’aspect colonial ou aux récits de voyage (les « carnets indiens » de Hermann Hesse, « Au pays des contes » de Knut Hamsun, ou encore les livres de Rudyard Kipling).

À ce titre, les compagnies aériennes low-cost sont mes ennemies (il paraît que Paris-Los Angeles sera sous peu à moins de 400 euros !).

Le touriste qui « fait » les pays comme on « fait » les magasins, en les pillant sans les aimer, sans les apprécier, sans s’en imprégner, est un des stades suprêmes de l’apatride_ et sans doute un des pires : lui est inconscient et purement esthétique.

Mort aux voyages. Mort aux touristes.

Publicités