Coup d’Etat estivalier-Que lire ?

Trotski explique, et Malaparte le rapporte dans son « Technique du coup d’Etat » que ce qui distingue les différents coups d’Etat, ce ne sont pas tant leur programme que leur méthode. Une révolution réussit quand elle est une affaire de techniciens, que seuls des techniciens peuvent stopper. Il y a peu de points communs entre Hitler d’un côté et Trotski/Lénine de l’autre. Mais dans les deux cas, rien n’a été laissé au hasard. Paradoxalement, le premier coup d’Etat moderne, celui de Bonaparte, a failli échouer à cause de l’amateurisme et de la trop grande place laissée au hasard. L’objet du coup d’Etat, il faut le rappeler, c’est l’Etat, et sa prise. Réfléchir à sa paralysie puis sa capture c’est déjà être un danger pour lui. Il ne faut pas cesser de l’analyser d’un point de vue mécaniste, surtout à une époque où il ne cesse d’être froid et omniprésent; « le plus froid de tous les monstres froids » disait Nietzsche. 

Ne perdons pas de vue non plus qu’il n y a pas de « circonstances » à la révolution. Trotski s’est moqué de la situation de la Russie tsariste et disait que même des pays stables tels que la Suisse ou les Pays-Bas pouvaient subir des révolutions. Ce qui fait la révolution, ce sont les révolutionnaires : si la révolution a échoué en 1920 en Pologne, ce ne fut pas à cause de l’absence de communistes, mais bien à cause de leur absence de velléités révolutionnaires.

Les lecteurs de Malaparte, Trotski, ou Venner seront déçus de cet article. Aux autres, je veux proposer, en vrac disons, une série de livres pour aiguiser leur appétit révolutionnaire. 

  • « Le Prince » de Machiavel
  • « Technique du coup d’Etat » de Curzio Malaparte
  • « Si le coup de force est possible » de Charles Maurras
  • « L’art de la guerre » de Sun-Tzu
  • « Pour une critique positive » de Dominique Venner
  • « Pour mes légionnaires » de Corneliu Codreanu
  • « Que faire ? » de Vladimir Illitch Lénine
  • « La révolution permanente » de Léon Trotski 

    Vous aurez remarqué que je n’ai rien proposé qui vienne de Mussolini ou de Hitler : lisez Malaparte et vous comprendrez. 

    Je vous souhaite une bonne lecture ! 

    « La Rivoluzione è come il vento ! »

    Publicités