Toute ma vie, j’ai rêvé d’être une hôtesse de l’air…

J’écris cet article en écoutant l’un de mes groupes de musique préféré, Peste Noire. En matière de musique comme dans d’autres, le patriotisme ça me connait. En revanche, pour ce qui est des compagnies aériennes, ne comptez pas sur moi, je deviens le plus impitoyable et le plus libéral des requins.

J’ai déjà écrit des dizaines de ligne sur l’Iran, ici, sur Twitter, sur Facebook, et lorsque cette grotesque affaire mêlant Air France, pseudo-patriotisme économique, et droits de l’homme, j’ai poussé un de mes habituels profonds soupirs, lâchant quelques tweets mi-sarcastiques mi-méprisants, avant de poursuivre mon errance sur les Internets. Las ! Il semblerait que les Français (et uniquement eux) soient quelque peu durs de la feuille.

Je sais fort bien que je ne serai guère entendu, et que ma voix n’a que peu de légitimité. N’importe. Il y a des choses qui doivent être dites.

Reprenons les choses dans l’ordre. Le droit dit que le personnel de chaque compagnie aérienne doit se soumettre lors de l’escale (non lors du vol) au droit et aux coutumes du pays hôte. C’est en vertu de cette loi que l’Iran, pays régi par la charia (et pas l’interprétation la plus rigoriste, chacun en conviendra), demande aux femmes (en l’occurrence les hôtesses de l’air) de se couvrir.

Lesdites hôtesses de l’air de Air France ne l’entendent pas de cette oreille. Elles clament haut et fort à qui veut l’entendre, très haut dans le ciel surtout (et non pas à Barbès ou dans les quartiers de banlieue parisienne que la République a abandonné à une islamisation dans laquelle l’Iran n’a aucun rôle direct ou non) qu’il est hors de question qu’elles s’abaissent à ceci ou cela, qu’elles ont été élevées selon la laïcité et les Droits de l’Homme, elles, môssieur. Et les hommes politiques de tout bord, de l’extrême gauche à l’extrême droite, les intellectuels, les médias, de reprendre en choeur l’antienne des « Droits de l’Homme et de la laïcité », du « elles valent mieux que ça ». La farce serait drôle si elle n’était pas tragique et grotesque à la fois.

La France, ce pays qui a abandonné sa souveraineté aux puissances apatrides de l’argent, à l’Union Européenne, au Qatar, à la Turquie, à l’Arabie Saoudite, à la Russie (je ne citerais pas ces messieurs des Républicains, qui se reconnaîtront, et qui sont des salariés de Gazprom), qui a laissé des rues, des quartiers, des villes entières devenir des enclaves islamistes (donc des repaires de djihadistes en puissance), la France donc, entend donner des leçons à un autre pays en matière de souveraineté et de Tradition ? Quel pays a encore des frontières, une monnaie, une armée propres ? L’Iran ou la France ? Que sont donc ces saillies post-colonialistes à base de « nos valeurs » et « les leurs » ? Le barbare, c’est toujours l’autre : c’est en France que l’on pratique le mariage entre homosexuels, une chose totalement inconcevable pour le Perse moyen et pour l’Oriental moyen en général.

Revenons à l’affaire qui nous intéresse: tout le monde se fout de Air France, ou du voile des hôtesses de l’air : 1) Personne ne prend Air France pour aller en Iran, car cette compagnie est bien trop chère. 2) Dans la pratique, aucune compagnie ne pose de souci avec l’Iran. Il s’agit là d’une manœuvre, alimentée par les médias, pour nuire à l’image d’un Iran qui relance son activité économique, diplomatique et son influence dans la zone. 3) Dans la pratique, on note également que les hôtesses de l’air peuvent très bien vivre sans ce voile.

voile iran af

A titre de conclusion, je rappelle que notre pays est devenu à ce point un pays du tiers-monde que ce sont des Japonais organisés en compagnies privés qui nettoient nos monuments parisiens. Les leçons de morale sont donc je pense assez mal venues.

Publicités

2 réflexions sur “Toute ma vie, j’ai rêvé d’être une hôtesse de l’air…

    1. J’espère qu’il s’agit d’une blague ou d’un troll. En vérité je pense que plutôt qu’il s’agit d’ignorance de votre part. On ne « lapide » pas les femmes. La lapidation est un cas rare qui concerne d’ailleurs les hommes aussi.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.